Notre origine

La naissance du projet

pennac
….l’idée est née au Centre de lutte contre le cancer  Léon Bérard.
J’étais allée voir mon père qui était soigné pour un cancer et qui était au centre Léon Bérard.
Je suis sortie de sa chambre et dans un couloir j’ai vu passer une toute petite fille, elle devait avoir deux ou trois ans, elle était toute bouclée, blonde, au bout d’un couloir et sa maman suivait avec la potence.
Cette scène se passe en 2007.
A cet instant précis Sylvie a pensé qu’elle avait «quelque chose à faire avec cela ».
C’était comme une évidence, quelque chose qui s’imposait à elle.
Sur le moment elle n’a pas compris pourquoi elle se sentait subitement et si évidemment concernée.
Elle ne connaissait pas l’enfant qu’elle venait de voir passer, ni sa maman, il n’y avait pas non plus d’enfant malade autour d’elle.
C’est  lors du trajet de retour du Centre Léon Bérard à Corrençon , que Sylvie a réalisé que : «Oui, bien sûr, elle habitait un endroit où on pouvait se reposer, on pouvait prendre des forces dans la nature. Les familles, dont un enfant était malade, avaient certainement besoin de se reposer.»

La création de l’association

Sylvie Bocquet a échangé avec Michèle Roy à ce sujet et elles ont décidé de créer Cœur vers Corps.
C’était en 2008.
Sylvie Bocquet en est la présidente et Michèle Roy la vice-présidente.
Toutes deux sont garantes de l’éthique de l’association et de son bon fonctionnement.

La construction du projet

Sylvie Bocquet et Michèle Roy ont regardé autour d’elles, elles sont parties de ce qui existe là où elles vivent.
Sur le plateau du Vercors la nature est très présente. Il en émane une force et une beauté qui sont des supports aidant à trouver ou à retrouver du calme et de la sérénité.

Corrençon-en-Vercors est un petit village dont les habitants ont développé un savoir-faire dans l’accueil de touristes venus faire du ski, de la montagne. Mais les villageois sont restés vigilants pour conserver cette activité à une petite échelle, une dimension adaptée à leur village.
Sylvie et Michèle ont demandé à la Mairie, aux commerçants, aux hôteliers, aux restaurateurs si ils acceptaient de participer à cet accueil dans leurs activités respectives. Tous se sont spontanément engagés.
C’est ainsi que les familles sont intégrées à la vie du village le temps de leur séjour organisé et accompagné par l’association Cœur vers Corps.
Sylvie a, par ailleurs, sollicité ses proches et ses amis à devenir bénévoles pendant ces séjours. Elle sait reconnaître chez eux leurs compétences et les qualités humaines nécessaires à cet accompagnement, en particulier l’attention à l’autre et le respect.