Philosophie

  • Devant la souffrance, force et vulnérabilité sont nécessaires : la nature nous montre le chemin
  • 1,2 million de personnes ont été hospitalisées en France en lien avec le diagnostic, le traitement et la surveillance d’un cancer en 2015, selon la Ligue contre le Cancer. Aujourd’hui, cette maladie touche toutes les couches et tous les âges de la population. Chaque famille, de près ou de loin, peut être concernée par le cancer. « Avec les progrès de la médecine, les taux de guérison en pédiatrie avoisinent 80 % » déclare le Docteur Matthias Schell, oncologue pédiatre à l’I.H.O.P. à Lyon, nous permettant d’être de plus en plus optimiste quant au devenir de la maladie. Il n’empêche que le cancer reste aujourd’hui une maladie potentiellement mortelle. De ce fait, la peur de la mort est présente, consciemment ou inconsciemment, quand on évoque la maladie du cancer. Depuis 9 ans à CŒUR VERS CORPS, nous avons accueilli cette peur et reconnu que pendant nos séjours nous sommes impuissants par rapport à la maladie mais pas rapport à la vie ! Dans un contexte où le passé est révolu et le futur inconnu, seul le présent demeure notre havre de paix. C’est là où se situe le cœur de notre action : prendre conscience que l’essentiel de la vie est là dans l’instant présent. En d’autres mots, partager ce que nous sommes, ce que nous avons et ce que nous aimons ici et maintenant.

    Quand un membre de la famille à la maladie du cancer, toute la famille est touchée

    Le cancer a la particularité d’absorber l’énergie de toute la famille et il devient particulièrement difficile aux autres membres de la famille d’exister en dehors de la vie de celui qui est atteint par la maladie. Même dans le cas où la maladie se développe vers un stade plus évolué, nos séjours sont construits de manière à privilégier un espace propre à chaque membre de la famille, en fonction de son âge et de ses besoins. Nous pensons aux frères et sœurs, aux parents, aux grands parents et nous les invitons tous à venir profiter ensemble de l’instant présent. Chacun à besoin de se reposer, de se ressourcer, de rire, de jouer et particulièrement dans les moments où la vie est difficile, de manière à repartir après le séjour avec l’énergie nécessaire pour continuer à accompagner celle ou celui qui est malade.

    Où sont nos limites ?

    Nous ne sommes pas des sauveurs. Nous n’avons pas de baguette magique et ne pouvons guérir la maladie.
    Pour pouvoir accompagner les autres, il est important de répondre d´abord à ses propres besoins. Sinon nous ne pouvons pas mener notre action sur le long terme car nous nous épuisons. En prenant soin de nous même, nous sommes capables d’accueillir les familles qui viennent dans l’expérience douloureuse qu’elles vivent. Notre rôle est de mettre un cadre sécurisé dans lequel il y aura une liberté d’adaptation pour la forme que pourra prendre le weekend en fonction de l’état physique et psychologique de l’ensemble de la famille. Avec les limites ainsi posées, il est possible de vivre en accord avec notre philosophie et profiter pleinement ensemble de chaque moment de partage durant les séjours.

    Notre approche de l’équipe

    Chacun a une place qui lui est propre dans notre association. Aucune place n’est comparable à une autre, et chacune est nécéssaire pour le bon fonctionnement de l´ensemble. Depuis 2008 dans le Vercors, les hôteliers, les restaurateurs, les serveurs, les animateurs, les commerçants, les élus, les bénévoles rendent possible notre action. « Au pas des choses » disait Montaigne et au rythme des saisons, une équipe s’est créée, constituée de tous ceux que je viens de nommer, acteurs dans nos séjours et représentant plus d’une centaine de personnes aujourd’hui. S’y ajoutent toutes les familles qui nous font confiance et viennent avec leur courage et leur souffrance, sans oublier les équipes médicales et les coordinatrices de l’I.H.O.P. et du Service de Soins Palliatifs du C.H.U. de Grenoble qui proposent les séjours. Enfin nous incluons tous les donateurs et ceux qui organisent des évènements pour nous soutenir financièrement. Aujourd’hui, cela représente plus d´un millier de personnes et chacun est bienvenu dans ce qu’il peut apporter pour soutenir l’action de CŒUR VERS CORPS.

    L’éthique du soin : le « care »

    Nous avons, devant des situations délicates, été amené à préciser un cadre éthique situé à la fois dans une philosophie de soins et dans la mise en place de nos valeurs associatives. L’éthique du soin telle qu’elle est exposée dans les « philosophies du care » est un cadre très aidant pour notre action. En voici les quatre étapes principales: “caring about”, “taking care of”, “care giving” and “care receiving”.

     

    • Caring about : action de se soucier et d’identifier les besoins.
    • Taking care of : prendre les mesures pour que les besoins soient satisfaits.
    • Care giving : sollicitude, satisfaction directe des besoins
    • Care receiving : prise en compte de la réception du soin par la personne qui a la maladie et sa famille.

     

    À CŒUR VERS CORPS, le « care » s’applique donc à tous les « acteurs » de l’action : aux familles, aux villageois qui sont en contact avec les familles à travers leurs professions et aux bénévoles, c’est à dire aussi à nous-mêmes. Après avoir identifié les besoins des familles : besoin de repos, de sortir de leur cadre quotidien, de faire partie de la société, de sortir de l’isolement où les met la maladie, de parler ou non de ce qu’ils vivent et ressentent, de se retrouver tous ensemble, nous essayons d’y répondre de manière simple et vivante. Nous sommes très attentifs à la prise en compte du reçu de notre manière de prendre soin de chacun.

    La prudence et le respect

    Depuis la création de l’association, nous partons de ce dont nous disposons pour développer notre action : des moyens qui se trouvent sur le lieu de l’accueil et des êtres humains qui nous accompagnent. La souffrance dans laquelle se trouvent les familles accueillies est très grande et nous devons trouver l’équilibre pour à la fois respecter : les familles que nous accueillons, les villageois qui accueillent les familles dans leurs établissements et nous-mêmes, qui sommes touchés par cette souffrance. C’est à travers ce que nous sommes en tant qu’êtres humains que nous pouvons accueillir ces familles et partager une parenthèse de vie ensemble. Je suis la garante du respect de chacun, accueilli ou accueillant.

    Des piliers universels : cœur et nature

    Les piliers de notre philosophie pour accompagner la souffrance se trouvent dans notre logo : un cœur et la nature sous forme de fleur.
    Le cœur représente les qualités de l’être humain : accueil, ouverture et bienveillance quelque soit la situation auquel on doit faire face. Quant à la fleur, elle symbolise la nature dans toute sa beauté, sa générosité et son impermanence. Tous les éléments de la vie se retrouve dans la nature, similaire à un cycle divisé qu’Aristote divisait en quatre phases : naissance, croissance, maturation et dégénérescence, rythmant ainsi les saisons et la vie de la terre. Les familles accueillies parlent toujours de la force et de l’apaisement que la nature leur a procuré. Notre action est possible grâce à cette merveilleuse nature du Vercors et à l’élan de coeur de tous les humains qui participent à la vie des villages.